La force de la perspective

The Canadian Bar Association

Agnese Smith

En couverture

La question à 4 trillions de dollars

Par Agnese Smith mars 15, 2017 15 mars 2017

La question à 4 trillions de dollars

 

Les économistes le savent : la confiance est cruciale pour avoir une économie stable. Que doit-on penser, alors, des préoccupations croissantes à l’égard de l’utilisation par les entreprises des données personnelles des utilisateurs d’internet?

Sondage après sondage, on voit que les consommateurs ne font tout simplement pas confiance à ces entreprises avec leurs données personnelles et perdent foi en la capacité du gouvernement de les protéger. Les régulateurs peinent à maintenir le rythme devant de nouvelles technologies et des modèles d’affaires toujours plus envahissants. Ils craignent aussi que des règles trop strictes fassent obstacle à la croissance de l’industrie numérique, qui devrait rapporter environ quatre trillions de dollars aux grandes économies du monde.

« Aujourd'hui, l'économie numérique est l'économie tout court », a déclaré Navdeep Bains, le ministre canadien de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, dans un discours prononcé l’automne dernier. En fait, les vastes quantités de données qui circulent sur le web sont devenues des actifs précieux. Qu’elles soient relayées par des appareils mobiles ou autres dispositifs connectés à internet, les données des consommateurs ont de plus en plus d’ascendant sur les décisions d’affaires, et des géants du web comme Google et Facebook engrangent des profits juteux grâce à la publicité ciblée qu’elles génèrent.

Lire la suite
En couverture

Un droit de base

Par Agnese Smith juin 27, 2016 27 juin 2016

Un droit de base

 

L'une des idées qui causent le PLUS de surprise en gagnant en popularité en cette ère dominée par l’austérité est celle que tous les citoyens devraient avoir droit à un revenu minimum garanti, sans égard aux circonstances. Décrite depuis des années comme une théorie utopique, elle jouit maintenant d’une renaissance, tandis que les craintes à l’égard de l’automatisation et du chômage technologique grandissent.

Le revenu garanti a rapidement fait boule de neige dans le débat public. Mais trouver un moyen de transposer l’objectif en loi est une tout autre histoire. Si le passé est garant de l’avenir, les décisions qui concernent le bien-être des citoyens resteront vraisemblablement l’apanage des élus. Mais pourrions-nous voir le jour où les tribunaux s’inviteront dans le débat et statueront que la Charte canadienne des droits et libertés protège les droits économiques, dont un revenu minimum garanti, qui serait fondamental pour la survie de l’être humain?

« La réponse très commune est que ça dépasse leurs compétences. Je ne vois pas cela changer à court terme », tranche Margot Young, professeure à la Allard School of Law de l’Université de Colombie-Britannique, et experte en droit constitutionnel et de la justice sociale. « Les cours ne tiennent pas compte de ces vastes changements sociaux du jour au lendemain. »

Pour l’instant, les cours voient généralement le rôle principal de la Charte comme étant celui de protéger les individus des dérogations de l’État, et non pas de la pauvreté.

Mais on sait que l’évolution de l’opinion publique peut avoir un impact sur les décisions judiciaires, comme l’ont démontré les récents dossiers de l’aide médicale à mourir ou l’invalidité des règles criminelles sur la prostitution.

Lire la suite
En couverture

Intelligence artificielle

Par Agnese Smith septembre 11, 2015 11 septembre 2015

Intelligence artificielle

Dans le monde de l’intelligence artificielle, une avancée récente peut s’attirer tant la stupéfaction d’un expert que le regard indifférent d’un autre. Et la crainte existentielle que les superordinateurs menacent un jour la civilisation peut animer un universitaire, tandis que son confrère ne pousse qu’un simple « bof ». 

Il y a peu de consensus dans la communauté scientifique quant à la capacité de créer une I.A. qui excède où même approche l’intelligence humaine, un concept connu sous le nom de « singularité technologique ». Cela pourrait prendre 20 ans, ou 100 ans, ou même ne jamais se réaliser. Et ces débats seraient restés dans les corridors des universités, n’eût été les mises en garde formulées par certaines sommités scientifiques, disant que l’I.A. pourrait un jour détruire l’humanité.

Ces sommités incluent le célèbre cosmologiste Stephen Hawking et Stuart Russell, coauteur du livre de référence sur l’I.A. Des titans de Silicon Valley comme Elon Musk de SpaceX et le cofondateur de Skype Jaan Tallinn ont aussi fréquemment commenté le « risque existentiel » que posent ces technologies émergentes. Ce dernier a versé des millions de dollars à des associations académiques et des groupes de réflexion pour qu’ils étudient la question.

Devrions-nous prendre ces préoccupations au sérieux? Plusieurs chefs de file dans le domaine affirment qu’il n’y a aucune raison de paniquer, que nous sommes très loin de créer une réplique du cerveau humain. Et même si les politiciens doivent rester au fait des avancées scientifiques dans le domaine, leur objectif immédiat devrait être de comprendre comment la technologie existante peut affecter la société d’aujourd’hui.

Lire la suite
Article

Une présence féminine

Par Agnese Smith décembre 16, 2014 16 décembre 2014

Une présence féminine

Lire la suite
Article

L’éléphant dans la pièce

Par Agnese Smith mai 2, 2014 2 mai 2014

L’éléphant dans la pièce

Lire la suite

Currently doesn't have any blogs.

Notre Dernier Numéro

Choix De L' Éditeur

Choix De L' Éditeur

Un devoir de dévouement

Choix De L' Éditeur

Interview with Irwin Cotler