Pourquoi fait-on ce qu’on fait (et comment changer)

Par Lynne Yryku octobre 2, 20182 octobre 2018

Pourquoi fait-on ce qu’on fait (et comment changer)

 

« Mon esprit juridique m’a fait penser : “A-t-on fait tout ce qu’on aurait pu faire?” » dit Catherine Chow, vice-présidente aux affaires juridiques et avocate générale des Restaurants Keg Ltée. La compagnie venait de subir deux décès accidentels dans un cours laps de temps l’an dernier. « J’étais tellement bouleversée. Et en tant que compagnie nous étions tellement bouleversés. »

Son système de valeurs, fondé sur la loi et l’ordre, l’a poussée à prendre elle-même le dossier en charge. Son réflexe initial a été de resserrer les règles existantes et d’en créer de nouvelles pour rendre certains rassemblements d’employés encore plus sécuritaires (même si les accidents n’étaient pas liés à ces rassemblements). « Clairement, nous avons besoin de règles à faire respecter », a-t-elle pensé.

« J’ai obtenu l’aval du président, mais j’ai négligé d’obtenir celui des ressources humaines, explique l’avocate. Je n’ai pas impliqué assez d’intervenants dans le processus et pour être honnête, je crois que j’ai marché sur les pieds des RH. J’ai échoué au départ à voir les synergies. Et donc il y a eu beaucoup de résistance, pas contre les politiques, mais contre l’approche. Il n’y avait pas d’adhésion. »

« À ce stade-là, j’ai songé à quitter la compagnie, j’ai cru que c’était une question de désalignement des valeurs. »

On tombe tous dans ce piège : « Si je travaille fort sur ce que je fais le mieux, je réussirai ». Mais qu’arrive-t-il si vous travaillez fort, mettez en œuvre de meilleures procédures, mais que vous ne voyez pas les résultats escomptés? Devez-vous continuer à pousser? Ou abandonner?

Heureusement pour Me Chow, elle a été en mesure d’adopter un point de vue différent. « J'ai parlé à mon amie qui possède une société externe de conseils dans le domaine des ressources humaines », dit-elle. Cette amie l'a aidée à comprendre que, même si elle apprécie la vie humaine, son approche de la conformité basée sur des règles imposées du haut de la hiérarchie ne correspondait pas à la culture du Keg.

« Donc le changement de valeur pour moi a été de dire : “Je dois sortir du département des services juridiques et prendre en compte les valeurs de l’entreprise.” Les services juridiques valorisent la conformité, mais notre entreprise valorise la famille. Donc, je suis allée à la rencontre des gens plutôt que d’envoyer des mémos. J'ai regardé comment nous pouvions faire les choses différemment puisque la valeur de notre entreprise est de prendre soin de la famille. Et j'ai arrêté de marcher sur des pieds. »

Apprentissage en double boucle

Quand vous n’obtenez pas les résultats que vous souhaitez, vous devez envisager l’apprentissage en double boucle. Le concept a été élaboré dans les années 1970 par Chris Argyris, un théoricien des affaires de premier plan. Contrairement à l'apprentissage en boucle unique, qui implique de modifier vos processus pour résoudre un problème, l'apprentissage en double boucle implique de modifier vos hypothèses sous-jacentes (valeurs, objectifs, cadre conceptuel). L’approche nécessite un changement de votre modèle mental.

L'apprentissage en double boucle est un défi parce que vous devez accepter que votre façon de voir le monde ne soit plus nécessairement pertinente. Cependant, l'alternative de ne pas apprendre de manière continue dans ce monde en constante évolution est encore pire: vous risquez de devenir obsolète.

Josephine Yam, ex-conseillère juridique principale au gouvernement de l’Alberta et maintenant chef de la direction et cofondatrice de Building Breakthrough Boards (B3) Canada, cite l’exemple de l’intelligence artificielle, capable de remplacer des dizaines d’heures d’un travail routinier en quelques minutes. « Nous devons donc nous réinventer pour pouvoir répondre: “Quel est le travail à valeur ajoutée que je peux apporter, que l'IA ne peut pas faire?” C'est le jugement indépendant, la créativité, l'innovation, la stratégie et l'empathie. Si, en tant que conseiller juridique interne, je me fie aux mêmes compétences routinières depuis 10-15 ans, alors je me dirige vraiment vers l'échec et l'obsolescence. »

« Il y a eu un changement dans le domaine du conseil interne où vous n'êtes pas seulement un avocat. Vous êtes une personne d’affaires ayant une formation juridique. En tant que partenaire stratégique, vous faites partie intégrante de l’entreprise », note Fernando Garcia, vice-président juridique et avocat général chez Cargojet (en photo ci-dessus). « Cela nécessite une réflexion différente. Cela nécessite une approche différente. Cela nécessite une relation différente. »

« Il y a beaucoup de choses que nous n’avons pas apprises à la faculté de droit, mais que nous devons apprendre si nous voulons rester pertinents, conseille Me Yam.  Ce n'est que lorsque vous vous perfectionnez et que vous prenez des risques, lorsque vous êtes ouvert à de nouvelles idées et perspectives, que vous devenez une meilleure version de vous-même. La vie commence à l’extérieur de votre zone de confort. »

La voie de la croissance

Comme le démontre l’expérience de Me Chow, cependant, il est parfois nécessaire de se buter à un obstacle pour constater l’existence de certaines lacunes. « Cela nous a obligés à faire une pause pour moderniser les choses qui devaient l’être », dit-elle.

La première étape est de se familiariser avec l'échec – c’est alors que le meilleur apprentissage peut survenir. Colligez les informations pertinentes et analysez la situation. Quelles leçons cet échec ou cet obstacle nous ont-ils enseignées?

L'étape suivante est d’examiner votre modèle mental. Analysez de manière critique vos suppositions, valeurs ou comportements habituels – pourquoi faites-vous certaines choses de telle ou telle manière? Comment cela affecte-t-il vos actions et vos interactions? Y a-t-il des incongruités ou des problèmes? Votre approche est-elle toujours pertinente?

En tant que leader au sein de votre organisation, vous devez également écouter de manière proactive et communiquer de façon efficace. Les questions clés pour mieux saisir la problématique et comprendre votre modèle mental incluent :

  • Quelle est votre perception de vous-même dans cette situation? Quelle est votre perception des autres?
  • Quelles règles ou traditions sont suivies? Sont-elles préjudiciables?
  • Que faites-vous normalement dans de telles situations? Quel est le résultat?

« En tant que conseiller juridique interne, mes compétences clés sont d’être capable de gérer le changement de la manière la plus proactive possible, estime Me Garcia. Auparavant, une réponse que vous entendiez souvent était : “Ce n’est pas mon travail”. Maintenant, on n’entend plus jamais un conseiller juridique dire cela. On veut s’impliquer de toutes les manières possibles, car plus vite on s’implique, moins on court le risque d’avoir à éteindre des feux par la suite. »

Action efficace

Évidemment, les résultats n’arriveront pas sans effort. Cela signifie d’avoir des conversations (parfois difficiles) sur ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, de chercher des commentaires honnêtes sur votre travail et d’être ouvert à l'échec.

Il existe des moyens pour développer votre modèle mental et élargir votre perspective en dehors de votre milieu de travail. Par exemple, vous pouvez suivre un programme à temps partiel, tel que le Programme de leadership en entreprise pour les juristes d’entreprises de l’ACCJE, participer à des activités de perfectionnement professionnel et élargir votre réseau au-delà du milieu juridique.

Le bénévolat est aussi une excellente option. « Si les employeurs continuent à ne discuter qu’entre eux, il y a un risque de développer une pensée de groupe », note Me Yam, dont l’entreprise place des cadres sur des conseils d’administration d’organismes à but non lucratif.  « Quand ils reviennent dans l’entreprise, ils ont de nouvelles idées, ils ont de la créativité et de l’innovation, et ils éprouvent de l’empathie. »

« Une part de la philosophie des cadres est que vous devez prendre les devants pour la compagnie, souligne Me Chow, et vous risquez de perdre le contact. » Mon changement de valeurs « a profondément modifié ma façon d'aborder certaines des problématiques antérieures, dit-elle. Et il m'a rendu plus efficace. »

Catégories:
Comments
No comments


Leave message



 
 Security code