Dreamers : La balle bientôt dans le camp d’Ottawa?

By CBA/ABC National February 14, 201814 February 2018

Dreamers : La balle bientôt dans le camp d’Ottawa?

 

Pendant que le Congrès américain débat du sort des Dreamers, des avocats se sont récemment demandé si le Canada pourrait être une terre d’accueil pour eux. Leur verdict : c’est peu probable sans l’aide du gouvernement Trudeau, qui pourrait bientôt voir la balle rebondir dans son camp.

La discussion Réunis sur un panel à l’occasion d’une récente rencontre de l’Association du Barreau américain à Vancouver, des avocats canadiens et américains ont discuté des règles d’immigration d’ici pour déterminer si les quelque 800 000 personnes touchées par le programme DACA pourraient se tourner vers le Canada s’ils étaient déportés des États-Unis.

Le verdict Aucun programme d’immigration canadien ne semble offrir de garanties. Sans statut officiel aux États-Unis et souvent sans diplôme universitaire, il pourrait être difficile d’obtenir un permis de travail ou d’études, a noté Andres Pelenur, un avocat en droit de l’immigration de Toronto. Demander l’asile après avoir traversé illégalement la frontière pourrait aussi être voué à l’échec, puisque les risques de persécution dans le pays d’origine (le Mexique à 70 %) pourraient être difficiles à prouver.    

Le contexte Le Congrès tente d’en arriver cette semaine à une entente sur l’avenir de ces immigrants arrivés aux États-Unis alors qu’ils étaient enfants. Le temps presse, puisqu’au 5 mars, la protection de plusieurs d’entre eux commencera à expirer en vertu du programme DACA de l’administration Obama.

Des solutions D’autres juristes en sont arrivés aux mêmes conclusions quant aux chances des Dreamers d’immigrer au Canada en vertu des règles actuelles. La solution évoquée par plusieurs reposerait plutôt sur une loi du gouvernement qui ouvrirait la porte ou assouplirait ces règles pour permettre à un plus grand nombre d’entre eux de ne pas être forcés de retourner dans un pays dont ils ne gardent parfois qu’un vague souvenir.  

Le gouvernement Une analyse interne rendue publique à l’automne montrait que le gouvernement canadien suivait la situation de près. Avec la balle qui pourrait bientôt retourner dans leur camp, plusieurs fonctionnaires d’Ottawa gardent sans doute les yeux rivés vers Washington ces jours-ci.

Filed Under:
Comments
No comments


Leave message



 
 Security code